Image répandue mais...

Biomecanique faux

C'est drôle ! Je suis tombée sur cette image, elle explique finalement assez bien les incompréhensions entre différentes techniques. Beaucoup de cavaliers la trouveront juste, et moi pas du tout. Elle implique un souci de l'engagement des postérieurs par abaissement des hanches induit par l'assiette et les jambes du cavalier, passant par les abdominaux, par le dessous de l'encolure et remontant à la nuque, puis récupéré par la main. Maintenant on est plus axé sur la ligne du dessus, grande oubliée dans ce système. Ici on imagine bien que si le cavalier augmente ses aides , demande plus de puissance et donc en a plus à contrôler, les postérieurs iront vers l'avant mais la base de l'encolure vers l'arrière entraînant comme conséquences une ligne du dessus plus courte et rigide. Ce que j'explique aux cavaliers est beaucoup plus axé sur le dessus de la ligne du dos. La propulsion démarre des postérieurs par la demande des jambes en premier, elle passe par le dessus du dos (en tout cas c'est ce qu'on aimerait) passant par le garrot, impliquant une ligne du dessus souple, mobile, transmettant l'énergie jusqu'au bout de l'encolure, l'énergie transmise, en passant par le dessus éloigne les oreilles du cheval de son garrot, créant une connexion avec la main du cavalier, le cavalier essaye de ne pas gêner ce flux et récupère cette impulsion pour la canaliser en bout de course par dessous et filtrer ainsi vitesse et équilibre sans raccourcir sa ligne du dessus, et surtout en gardant ronde de façon régulière l'encolure du garrot à la nuque, sans que les vertèbres 5 à 7 (celles près du garrot) puissent descendre (cf orientation naturelle de l'encolure en S).