Entrainement en 10 phases (partie 2/3)

D'après une traduction extraite du livre de Tineke et Joep Bartels " Ride horses with awareness and feel " 

baetels photos02 025

3 - Affinez votre conscience : " mains sans jambes et jambes sans mains "

 

Certains entraineurs préconisent d'utiliser les mains et les jambes en même temps. Les partisans de cette méthode disent qu'il faut avoir le cheval entre les jambes et les mains et que pour cela, les jambes poussent les mains reçoivent.

Nous pensons que c'est une mauvaise image car trop souvent nous voyons des cavaliers qui " appuyent sur l'accélérateur en tenant le frein à main ". 

Dans nos leçons nous gardons le contrôle des jambes et des mains séparés.

 

Vous touchez votre cheval avec vos jambes pour aller plus en avant ( action ) et il ne réagit pas, donc vous redemandez avec une action plus soutenue ( pression ) , finalement vous avez la réaction et le cheval part vers l'avant. Votre premier réflexe est souvent de durcir les mains. Cela arrive automatiquement quand vous n'avez pas une assiette indépendante. Le mouvement soudain vers l'avant vous déséquilibre vers l'arrière et inconsciemment vous vous tenez aux rênes.

Voici comment une bonne réaction du cheval ( aller vers l'avant ) est punie au lieu d'être récompensée.

Il en résulte que le principe de " action, pression, réaction, récompense " devient " action, pression, réaction, punition ".

 

Plutôt que risquer d'être déséquilibré vers l'arrière et se durcir sur les rênes, vous devez avancer avec votre cheval et lui  " donner " des rênes.

C'est ainsi que vous récompensez le cheval pour sa réaction vers l'avant et vous assurez que sa réaction positive sera mémorisée.

Pour apprendre au cheval à ralentir, utilisez les rênes seulement.

Nous sommes définitivement contre l'usage des jambes en même temps que les les mains.

Exercer une pression sur le mors à travers les rênes et relacher cette pression dès que le cheval ralenti.

 

Le tempo contrôle est le point le plus important sur lequel vous devrez continuer à vous focaliser.

Les cavaliers en général, ne réalisent pas qu'ils évoluent à une vitesse déterminée par le cheval. Nous demandons souvent à nos élèves : " Est ce le tempo que vous avez choisi ? " Ils nous regardent souvent avec surprise et répondent : " En fait je n'en sais rien ! "

Dans ce cas ils doivent d'abord se rendre compte qu'ils n'ont pas contrôlé le tempo, le cheval l'a fait.

 

 

baetels photos02 012

 

4 - Apprenez à votre cheval à céder à une main qui résiste.

 

Note de Lydie : Dans le livre Tineke parle de 2 actions de mains distinctes que je ne suis pas sûre de savoir traduire. Je les laisserai donc telles quelles dans l'article.

 

Beaucoup de cavaliers ne connaissent pas la différence entre la " restraining hand " : slowing aid action de main qui permet de ralentir et la " resinsting hand " : giving to the bit aid action de main qui permet de faire céder. Tineke pense que c'est une des choses les plus difficiles à expliquer clairement parce que ça fait partie du domaine de la sensation.

 

Vous demandez une réponse totallement différente de la part de votre cheval avec une "restraining hand" et une "resisting hand".

 

Le comportement attendu à une "resisting hand" est un cheval qui relaxe sa machoire et qui mâche tranquillement son mors en signe de relaxation. Un cheval qui donne sa confiance à un autre dans la nature le montre en machouillant et en passant sa langue sur ses lèvres.

 

Vous devez utiliser des actions différentes pour apprendre à votre cheval à répondre de façon claire à ces demandes. votre cheval doit comprendre immédiatement quelle aide vous utilisez. Heureusement, les chevaux ont besoin de peu de différences entre les aides pour sentir ce que vous demandez, mais vous devez faire ces différences clairement et les appliquer de façon consciente.

 

Avec un jeune cheval, commencez toujours par la "restraining hand". quand il a bien compris cette action, vous pouvez commencer à lui apprendre à céder à une "resisting hand". Pour ralentir, faites une pression claire des 2 rênes, durcissez cette pression jusqu'à ce qu'il freine. Beaucoup de cavaliers combinent cette action de rêne avec une assiette plus profonde, utilisant la gravité pour dire au cheval qu'il doit ralentir. Gardez la pression jusqu'à ce que le tempo change puis cédez immédiatement avec vos mains et relachez votre assiette. La façon dont vous combinez mains et assiette n'est pas importante tant que vous utilisez ces aides de manière claire et que votre cheval les comprends. Vous devez aussi apprendre à votre cheval à maintenir ce nouveau tempo jusqu'à ce que vous donniez l'indication suivante, par exemple une action de jambes pour aller plus vers l'avant . Si vous voulez aller encore plus lentement, faites une autre action "restraining hand" puis vous vous relachez quand votre cheval obéit.

 

La "resisting hand" est légèrement différente. En principe c'est une aide plus fine, plus légère que la main qui freine. La pression est moins constante, la main " joue", vous ne modifiez pas votre assiette.Votre action de main est comparable à celle que vous auriez s'il y avait un anneau de caoutchouc au bout de votre rêne (comme un pirelli). Vous agissez un peu comme si vous pressiez une éponge qui se remplit d'eau immédiatement à nouveau.

 

Souvenez vous, ne tirez jamais vers l'arrière. Quand votre cheval décontracte sa machoire il devient plus léger dans les rênes et votre main doit devenir plus douce immédiatement.

 

Votre cheval doit maintenir le même tempo quand vous lui demandez de céder. Si vous avez besoin d'agir avec vos jambes pendant votre action de main, parce que le cheval ralenti, n'utilisez pas les mains et les jambes en même temps mais utilisz les rapidement l'une après l'autre avec un bon timing.

 

Commencez par apprendre la "resisting hand" à votre cheval dans l'allure qui lui est la plus facile. C'est souvent le pas ou le trot. De nombreux cavaliers pratiquent la "resisting hand" à l'arrêt, celà a un désavantage : Utiliser trop de mains, ce qui incite le cheval à ne plus penser à "aller vers l'avant". Hors l'envie d'avancer est un prérequis pour franchir le mors.

Plus tard, votre cheval doit être capable de répondre à votre "résisting hand" dans les situations les plus variées. Vous voulez apprendre à votre cheval à se relaxer et se concentrer sur vous en toutes circonstances, chose que vous obtiendrez en construisant peu à peu par ces exercices.

 

5 - Développez le jeu des questions réponses à travers des modifications de tempo.

 

Si les prérequis de base sont intégrés "tempo contrôle" et "franchir le contact", vous pouvez affiner la communication avec votre cheval à travers le jeu des questions/réponses.

 

Etant donné que nous avons focalisé dans les phases précédentes sur les aides au niveau des mains, on pourrait croireque l'équitation est une "affaire de mains"

 

En fait le travail des jambes est aussi important pour monter. Beaucoup de cavaliers rencontrent des difficultés parce que leurs chevaux ne sont pas assez réactifs aux jambes. Quand vous n'obtenez pas la bonne réponse à vos jambes de la part de votre cheval, vous devez différencier vos actions de jambes. Par exemple une action de jambes très discrète (mollet),une juste un peu plus intense (mollet et talon), une encore un cran au dessus (éperon) puis une double action de jambes (2 touches très rapides avec votre bas de jambe ou votre éperon).

 

Différencier de manière consciente ces actions de jambes vous permet de contrôler la pression que vous voulez mettre dans votre entrainement, selon le principe : action, pression, réaction, récompense.

 

Un cheval qui serait moins sensible pourrait demander également d'avoir recours à une action de jambes plus forte, une triple action ou parfois une touche avec une cravache de manière à ce qu'il réagisse aux aides. Nous préférons monter sans cravache car elle n'est pas autorisée en compétition et la plupart des chevaux peuvent très bien être entrainés sans.

 

Quand le cheval réagit à la jambe, cesser la pression immédiatement. Ce n'est pas une mauvaise chose pour un jeune cheval qui ne comprend pas encore très bien les actions des jambes de partir un peu trop fort vers l'avant ou de prendre le galop. félicitez le pour être allé vers l'avant. ayez conscience que vous devez aider votre cheval à comprendre vers quel comportement vous voulez qu'il aille.

 

Entre 2 actions assurez vous que vos jambes sont totalement relachées et ne "dérangent" pas votre cheval. c'est un principe de base. Plus vos jambes seront tranquilles plus votre cheval comprendra des actions infimes. si vos jambes bougent constamment votre cheval ne sentira plus vos actions. plus vos aides sont sobres plus le cheval peut y être attentif.

 

La réaction à une jambe ou à une main devrait être comme de l'électricité. quand vous touchez à un interrupteur la lumière s'allume instantanément et reste allumée. chaque aide devrait avoir le même effet ! Vous devez vous assurer que vos aides deviennent les plus fines et petites possibles.

 

quand votre cheval comprend les freins et l'accélérateur correctement vous pouvez effectuer des variations de tempo. le but de ces changements de tempo est d'affiner vos aides et les réactions du cheval. utilisez alors vos aides de façon assez courte et rapide. les cavaliers classiques utilisent le terme "demi arrêt". Utilisez l'accélérateur et le frein rapidement et de manière successive rend votre cheval réactif. Chaque demi arrêt commence par une action de jambes qui augmente l'activité, suivie une fraction de secondes plus tard par une action de mains pour demander au cheval de revenir en arrière.

 

Souvent des cavaliers même d'expérience peuvent se retrouver face à des problèmes comme un cheval qui fuit trop vers l'avant ou qui revient trop fort vers l'arrière. cela est causé par le perte de la connection et de l'équilibre. C'est alors le cheval qui choisis le tempo. les variations de tempo doivent être à nouveau répétées et affinées jusqu'à ce que ce soit le cavalier qui choisisse.

 

Jouer avec le tempo est LE principe de base de l'entrainement. faire des transitions et des demi arrêts vous permet de tester si oui ou non vous êtes au contrôle. Il demande au cheval de se concentrer sur vous, vous permet d'obtenir sa relaxation et de gérer son énergie.

 

Academy-Bartels 0082

 

 

 

6 - Invitez votre cheval à " laisser tomber sa tête " 

 

Lors de la 1ère phase vous avez incité votre cheval à décontracter son encolure tout en la laissant libre, vous n'avez pas vraiment contrôlé l'attitude. Dans cette phase vous devrez obtenir l'abaissement de l'encolure quand vous le souhaitez. Vous allez lui demander de "laisser sa tête tomber" ce qui veut dire qu'il va relâcher son encolure de manière à abaisser sa tête et son encolure à votre demande.

 

Cet exercice ne peut être fait correctement qu'à travers la méthode des questions et réponses. La main agit de façon très souple comme un enrênement latéral élastique. Elle ne tire jamais vers l'arrière. Vous pouvez ainsi demander à votre cheval d'être un peu plus rond dans son attitude en construisant cela grace à vos aides.

 

Souvenez vous que lui demander de céder à la main ou baisser son encolure n'a rien à voir avec "lui tenir la tête vers soi pour que le cheval soit rond et tenir son encolure dans la position choisie". L'emploi de la force n'a pas de place dans cette méthode de dressage et ne devrait en avoir dans aucune méthode. Le processus de progression est subtil, l'évolution se fait pas à pas.

 

Essayez de garder votre cheval au contact de la main (ce n'est pas la main qui garde le contact mais le cheval en dépliant son encolure). Quand votre cheval relâche sa machoire, le "frein à main" est totalement desserré. Il n'y a rien qui bloque la locomotion d'arrière en avant, ce qui permet au cheval de se relaxer.

 

Quand vous agissez pour faire baisser l'encolure de votre cheval, assurez vous qu'il ne se met pas "derrière le mors". Vous vous en rendrez compte s'il ne se déplie plus quand vous rallongez progressivement vos rênes et s'il ne réagit plus à vos jambes.

 

Ne cherchez pas à orienter l'encolure d'un jeune cheval aussi bas et rond qu'un cheval de 12 ans au grand prix, mais faites varier le positionnement de l'encolure dès que vous contrôlez le tempo. Mettez votre cheval un peu plus bas, puis un peu plus haut à nouveau. Ce contrôle de variation d'attitudes devrait être développé pas à pas. Quand on travaille sur les variations d'attitude, on vérifie en permanence que la réaction aux jambes reste immédiate. Cela prépare le cheval aux exercices plus difficiles qu'il aura à faire plus tard.

 

Il est difficile de dire quelles sont les variations d'encolure que l'on peut faire à tel ou tel moment avec tel ou tel cheval. Il n'y a pas de modèle standard c'est un problème de feeling du cavalier.

Le cheval vous dit ce qu'il est capable de faire. Quand il est suffisament souple et fort dans son dos, il adopte "naturellement" les attitudes correspondantes à ce qu'il peut faire dans chaque situation.