Les principes théoriques de l'apprentissage en Equitation

Bien sûr en parlant d'apprentissage, c'est de celui du cheval que nous parlons. Ces principes ont été établis par des groupes de travail de l'ISES (international society for equitation science) et constituent une sorte de charte éthique pour les cavaliers et entraineurs qui souhaitent appliquer les principes définis par l'ISES pour le bien être physique et moral du cheval. Traduit à partir des principes énoncés lors de la conférence de Pennsylvanie en juillet 2013.

                                                

Savez vous si vos méthodes d'entrainement résistent au regard de la science ? Les 8 principes suivant ont été issus de la littérature scientifique (Mc Greevy et Mc Lean, 2007 - Les rôles de la théorie de l'apprentissage et de l'éthologie dans l'équitation - Journal du comportement vétérinaire. Applications cliniques et de recherche. Vol 2). L'application de ces principes ne s'adresse pas à une seule méthode de dressage, et nous ne prévoyons pas qu'un système unique en émergera. Il existe de nombreuses méthodes optimales d'entrainement qui répondent à l'ensemble de ces principes.

1er principe : Comprendre et utiliser la théorie de l'apprentissage de façon appropriée.

La théorie de l'apprentissage explique la notion de renforcement positif et négatif et la façon dont ils interviennent dans la mise en place de réponses systématiques à des stimulations claires et faciles à interpréter. (notez que "positif" et "négatif" lorsqu'il est appliqué à un renforcement ne sont pas des jugements de valeur, comme si on disait "bonnes" ou "mauvaises", mais sont des données concrètes qui se basent sur le fait de savoir si le comportement est renforcé par l'ajout de quelque chose ou le fait d'enlever quelque chose, par exemple, la pression. Par exemple, lorsque le cheval répond à une demande de tournant et que la pression du mors est immédiatement enlevée, le renforcement négatif a été utilisé. Il est essentiel dans le contexte de la formation que les réponses du cheval soient bien renforcées et que l'animal ne soit pas soumis à une pression continue ou illogique pour lui. Si le renforcement (positif ou négatif) est rapide et correct, il est plus que probable que le cheval répondra de la même manière à l'avenir. La théorie de l'apprentissage explique comment le conditionnement classique et l'habituation peuvent être correctement utilisés dans l'entrainement des chevaux.

2d principe : Pour éviter les confusions, les principes d'entrainement doivent être faciles à discriminer.

Il ya beaucoup de réponses différentes attendues dans les systèmes d'entraînement des chevaux, mais le nombre de zones du corps du cheval sur lesquelles ces pressions peuvent être appliquées sont peu nombreuses . Du point de vue du cheval, le fait que ces signaux se chevauchent souvent sur la même zone peut être très déroutant, il est donc essentiel que les signaux soient appliqués de manière cohérente dans des zones qui sont aussi isolés et séparées l'une de l'autre que possible.

3ème principe : apprendre et former à une réponse à la fois (encore une fois, pour éviter toute confusion)

C'est une condition préalable pour un apprentissage efficace que les réponses soient formulées une-à-la-fois.
Pour ce faire, chaque réponse doit être décomposée en ses plus petits éléments possibles, puis mise en place dans un processus appelé «façonner».

4ème principe : Demander 1 réponse par signal.

Pour éviter de rendre le cheval confus, il est essentiel que chaque signal provoque une seule réponse. (Toutefois, il n'y a pas de problème avec une réponse particulière qui est provoquée par plus d'un signal.) Parfois, une réponse peut être complexe et impliquer plusieurs éléments combinés. Ceux-ci devraient être combinés  (ou ajoutés) progressivement. Par exemple, pour "aller en avant» on recherche une réaction immédiate  à une légère aide, un fin signal, mais on cherche aussi un rythme cohérent, que l'animal se déplace en ligne droite et avec un port de tête particulier. Chacun de ces composants devraient être ajoutés progressivement pour former ensuite une réponse  globale cohérente  au signal "aller de l'avant".

5ème principe : Pour former efficacement, une réponse apprise doit être la copie exacte de celle d'avant.

Pour plus de clarté, le cheval doit répondre à une séquence complète de réponses de façon cohérente et toujours exactement de la même façon (par exemple, les transitions doivent être effectués dans un nombre défini de foulées). Une bonne formation dans l'exemple d'une transition veut dire que l'on apprend au cheval à passer la transition systématiquement après le même nombre de foulées.

6ème principe :  Entrainer à la persistance des réponses (autonomie, prise en charge)

C'est une caractéristique fondamentale des systèmes de formation éthique. Lorsque la bonne réponse est obtenue, l'animal devrait maintenir le comportement. Le cheval ne doit pas être soumis à des signaux continus de jambe (éperons) ou à une pression constante sur les rênes.

7ème principe : Éviter les réponses volées, anticipées ou obtenues dans la précipitation (parce qu'elles résistent à l'extinction et entraînent des problèmes de peur)

Lorsque les animaux ont peur, toutes les caractéristiques de l'environnement de ce contexte là (y compris les humains présents) pourraient également être associées à la peur. Il est bien connu que les réponses de peur ne disparaissent pas comme les autres réponses et font que les animaux craintifs ont tendance à ne pas essayer de nouvelles réponses apprises. Il est essentiel d'éviter de provoquer la peur pendant l'entrainement.

8ème principe : Se référer constamment à la décontraction (pour s'assurer de l'absence de conflit)

La décontraction lors de l'entrainement doit être une priorité absolue, alors, quand des comportements conflictuels sont observés chez le cheval, il faut soigneusement examiner et modifier nos méthodes de formation afin que ces comportements soient minimisés et, finalement, soient évités. L'importance du calme doit être reconnue pour permettre un apprentissage efficace et une formation éthique, tout le matériel d'immobilisation, comme nosebands, doit être suffisamment lâche pour permettre des comportements conflictuels, les identifier et les traiter dès leur apparition.