Le physiologiste partie 3

Après chaque cours théorique, le physiologiste Jarko Dun examine rapidement 2 ou 3 chevaux des stagiaires afin de nous montrer des exemples concrets de diagnostic.

Bien sûr, c'est un diagnostic assez superficiel puisque la visite complète d'un cheval dure habituellement entre 1h30 et 2h30.

Il regarde tout d'abord le cheval dans le couloir des écuries, sans le toucher, juste un examen visuel destiné à évaluer les dissymétries de masses musculaires, les endroits qui à première vue sont trop ou pas assez musclés...

Puis il passe à un examen tactile, superficiel, puis plus profond. Il regarde comment le cheval réagit à la pression, comment cette pression traverse le muscle et se transmet aux muscles alentours, s'il existe des zones de densité différentes preuves de contractures musculaires ou de mauvais fonctionnement.

Il met de la pression sur les muscles de façon discontinue et vérifie que cette pression passe et ondule tout au long du dos.

Pour vérifier les schémas de flexion longitudinales et latérales du cheval, il peut utiliser diverses méthodes suivant les réactions du cheval et ce qu'il comprend plus ou moins bien.

Lorsqu'il a examiné le cheval dans son ensemble, de la machoire à la queue en passant par les oreilles et les pieds...Il demande à voir bouger le cheval en main et vérifie notamment la symétrie des mouvements lorsqu'on tourne d'un coté et de l'autre. De nombreux chevaux sont légèrement "ataxiques" d'un coté et maitrisent moins bien leur flexion et leur équilibre de ce coté là . Il regarde alors si en répétant quelques fois ce geste on ne peut pas apprendre au cheval en main à se servir d'avantage de son postérieur paresseux.

S'il décèle une douleur au niveau du dos, il demande à voir la selle sur le dos du cheval sans tapis et vérifie si la zone douloureuse ne correspond pas avec la fin de la selle ou une zone dure sous la matelassure.

Il regarde également fréquemment les chevaux montés pour croiser les informations disponibles et éventuellement donner des conseils de travail au cavalier. Il en profite pour vérifier si une dissymétrie du cavalier ne peut pas induire des douleurs ou des contractions chez le cheval.

Son diagnostic final donnera une sorte de "carte" de l'état du cheval, assortie de conseils de détente et de travail et d'une demande éventuelle de rapprochement avec le vétérinaire ou le maréchal ferrant.

 

Lydie.k 23/05/2012