Carl Hester chap 2 Attitudes et décontraction

Quand on regarde des clinics ou des cours donnés par Carl Hester ou qu'on lit les conseils généraux qu'il prodigue, on peut se rendre compte immédiatement que le plus important pour lui c'est la qualité de la connexion de l'arrière main vers l'avant main. Le cavalier doit toujours avoir la sensation du cheval qui avance vers la main, même dans les allures les plus rassemblées ou dans l'arrêt. Cette propulsion qui arrive vers la main n'est utilisable que grace à la décontraction. Il utilise les mots "loose back, relaxation" qui expriment bien la notion de relâchement global du cheval dans tout son corps. Cette décontraction est obtenue de façon variable selon la particularité de chaque cheval, mais le plus souvent en cherchant une encolure souple, ronde, dont la base est basse, perméable à tout action de main. Sur les chevaux chauds et toniques il pratique de légères flexions, éventuellement des déplacements latéraux avec peu d'angle et une légère flexion interne (il veut sentir les postérieurs vers le contact ce qu'il perdrait si l'angle était prononcé) . Quand il travaille sur la piste il ne demande la flexion qu'à l'intérieur, le cheval doit alors garder son corps droit sur la piste. Si les épaules ou les hanches se décalent avec la flexion c'est que le dos n'est pas assez décontracté. Si on est obligé de tenir avec une main ou une jambe pour que le corps ne se décale pas, c'est que le cheval n'est pas assez décontracté. Quand il travaille en dehors de la piste il demande des flexions des 2 côtés, comme on peut le voir dans l'extrait avec Valegro. Si le cheval est grand et fort physiquement, avec une envie "d'emmener" le cavalier avec des grandes foulées et un fort contact, il préconise de travailler beaucoup plus avec des déplacements latéraux marqués, pour trouver la décontraction au départ en dissociant un peu les forces. La connexion sera recherchée dès que le cheval accepte de mobiliser ses postérieurs suffisamment pour que son dos soit souple et qu'il accepte de se porter de lui même. Cette connexion établie, il est possible d'obtenir la décontraction dans toute attitude, mais il est plus facile pour le cheval de se décontracter dans une attitude basse et ronde.

Le fait que le cheval aille vers le contact, en se portant de lui même et en ayant un corps souple et décontracté, tout en gardant la volonté d'être actif derrière en permanence, assure la qualité du contact et donc la perméabilité. C'est la condition pour obtenir un travail fluide et élastique. Cette perméabilité va être amélioré en grande partie par des transitions, ce qui sera le sujet de la prochaine vidéo.

Think dressage