Coup de gueule !!!

Pignon jf groupe 2

J’étais la semaine dernière au grand palais à Paris, pour voir le CSI 5* Hermès. C’est toujours un grand bonheur pour moi d’aller voir les meilleurs cavaliers mondiaux au paddock. Je suis très admirative de la façon dont ils optimisent le travail de chevaux qui paraissent parfois avoir des difficultés importantes de conformation ou de locomotion pour finalement enchainer des parcours  à 1m60 en tournant dans des mouchoirs de poche avec une facilité apparente déconcertante.

J’ai également passé beaucoup de temps à observer le regard et les attitudes des chevaux, ces athlètes de haut niveau, en dressage comme en obstacle, tant sur les détentes, qu’en épreuve, tenus en main par un groom au paddock ou seuls dans l’intimité de leur box. Impossible de savoir ce qu’ils pensent lorsqu’ils sont sur un tour mais je n’ai jamais vu d’angoisse dans les yeux des chevaux de ce niveau, juste tout leur être, toute leur énergie, toute leur concentration focalisée sur chaque obstacle avec leur cavalier. Trop beau !

Je regardais donc le paddock ou se côtoyaient des cavaliers de moins de 25 ans (les talents Hermès) dont les détentes étaient variables par rapport à la justesse technique, et certains cavaliers qui montaient le grand prix l’après midi et relaxaient leurs chevaux le matin en faisant une prédétente.

Entre autre, j’observais avec attention le travail de Roger Yves Bost qui montait un cheval dont la locomotion et le fonctionnement ne laissait pas présager de tels moyens et je pensais alors qu’il existait vraiment plusieurs styles pour aboutir au même résultat.

Puis j’admirai la détente de Christian Ahlmann, un cavalier Allemand, qui travaillait son cheval dans une cadence lente avec une grande décontraction, des rênes assez longues et avec de grandes flexions latérales et longitudinales pour étirer le dos de son cheval. La ligne du dessus du cheval était très relâchée et mobile. Un bonheur pour mes yeux.

J’étais donc en train d’observer tout ces cavaliers, leurs actions, dans quelles vitesses, attitudes travaillaient-ils leurs chevaux, quelles transitions utilisaient-ils et dans quel cas ? Tout à coup une conversation m’a sortie de mes pensées.

-  Tu as vu comme il monte mal ce cavalier ? Son pauvre cheval a le chanfrein en arrière de la verticale ! (ils parlaient bien sûr de Christian Ahlmann qui gagnera quelques heures après le grand prix Hermès).

-  Oui, il parait que ça empêche les chevaux de respirer et qu’il y en a même qui sont morts !

- C’est vraiment un scandale que personne ne soit là pour interdire cette cruauté !

- Par contre cette cavalière monte super bien et très léger ! (en parlant d’une jeune cavalière des talents Hermès dont le cheval au dessus de la main était très dissymétrique dans ses postérieurs avec un dos très figé).

Très agacée, je me suis éloignée de ces deux personnes et j’ai fait un tour à la librairie équestre du concours. J’ai d’abord choisi le livre de Jean François Pignon qui faisait des démonstrations pendant le concours pour mon plus grand bonheur, puis je cherchai un livre sur le comportement des chevaux. Je désirai quelque chose d’assez scientifique, pour continuer à essayer de savoir ce que l’on sait actuellement sur la façon dont le cheval perçoit son monde, assimile des informations, apprends…

J’ai feuilleté un livre de Véronique de St Vaulry sur la communication avec son cheval. Le livre paraissait intéressant. L’écrivain, ancienne cavalière de TREC à haut niveau et artiste semblait maitriser son sujet. Et tout à coup, à la fin du livre, je trouve un gros chapitre qui explique que bas et rond et rollkur c’est la même chose, qu’on obtient ça qu’en utilisant des rênes allemandes serrées à outrance, que sur les photos on voit les chevaux avec l’air pincé et les oreilles un peu en arrière, signe, écrit elle, qu’ils ne sont pas coopératifs…

STOOOOOOOOP !!!

Ras le bol ! Vraiment !!! Mais comment des gens si peu informés sur ces méthodes peuvent généraliser ainsi ! Pourquoi les gens se permettent ils d’être extrémistes sans même avoir toutes les informations, sans aller poser de questions aux personnes intéressées, sans essayer ?

J’ai reposé ce livre et ai regardé à nouveau les photos des juments de JF Pignon sur son livre : oreilles légèrement couchées, naseaux pincés, salière contractée… Et pourtant aucune contrainte, des chevaux en liberté, juste concentrés et en totale harmonie avec leur dresseur.

C’est décidé, je pourchasserai les extrémistes, je ne les supporte plus. La désinformation qu’ils font est néfaste au sport et au cheval en général. Laissez chacun vivre le cheval comme il l’entend et ne dénoncez que ce qui le vaut vraiment. C’est comme l’équitation sans mors. Pas de problèmes, je ne suis pas contre, mes élèves ont fait des carrousels dressage et obstacle avec des chevaux de club sans selle sans mors sans licol sans collier, ça ne posait pas de problème particulier… Maintenant certains blogs cherchent à faire culpabiliser les cavaliers qui montent avec un mors. Ces cavaliers montent avec un licol en cordelette, bientôt ceux qui montent sans rien leur diront que le licol est coercitif. Que se passera-t-il si les gens arrêtent de monter parce qu’on les fait culpabiliser ? Le cheval retournera à son utilité principale de début 20ème siècle, la viande.

Les grands hommes de chevaux, les vrais compétents, quelque soit leur sensibilité et leur discipline sont tolérants et ne cherchent pas à donner de leçon aux autres. Ils vivent le cheval comme ils le sentent et partagent volontiers leur savoir mais ne cherchent pas à l’imposer.

Une dernière petite anecdote, le vétérinaire Gerd Heuschmann qui a écrit le livre – Equitation moderne un jeu de massacre – Et dispense des clinics pour montrer la bonne voie a été convoqué suite à des photos ou on le voyait monter un cheval de façon parait il très violente et en utilisant le rollkur. L’arroseur arrosé…

http://www.chronofhorse.com/forum/showthread.php?t=267593

http://www.dressur-studien.de/index.php/heuschmann-reitet-korrektur.html

http://www.horseandhound.co.uk/news/397/301591.html

 

Cet article a été publié le 01/05/2011

Lydie.k