En rentrant de Hollande...

 

 

Academy-Bartels 0068

Je reviens d'un stage en Hollande, chez la famille Bartels ...

C'est la troisième fois que j'y vais. J'y suis allé la première fois par ignorance. Il fallait que je comprenne pourquoi et comment leur niveau a pu devenir une telle menace en si peu de temps pour les allemands. Il fallait que je vois sur place si le système d'entrainement des chevaux était aussi néfaste qu'on le dis parfois en France. Il fallait que je comprenne quel dosage , quelles tensions, quelle force ils utilisent pour obtenir des chevaux si spectaculaires dans leurs actions.

Est ce qu'on peut obtenir un cheval qui bouge vraiment de façon optimum par rapport à ses capacités physiques sans monter en force ? Est ce qu'on peut monter un cheval bas et rond sans contractions ni physiques ni morales ????

J'utilisais déjà depuis quelques mois le travail en attitude " low deep and round " ( à ne pas confondre avec le rollkur ! ) . J'avais senti combien celà m'ouvrait de possibilités. J'avais senti comment les chevaux semblent se sentir sécurisés dans cette attitude, et relachent le moindre muscle de leur dos.J'avais senti les épaules qui se libèrent, le garrot qui se dénoue, et comment on pouvait obtenir des allures expressives lorsqu'on remet le cheval à niveau en ayant préparé le dos de cette sorte.

Mais je manque terriblement d'assurance. Je ne suis jamais sûre que ce que je fais est bon pour le cheval et dans le bon sens pour la technique. Il me faut sans arrêt me former, chercher les réponses à mes questionnements de plus en plus nombreux. Donc je suis partie en Hollande pour déterminer si je voulais avancer dans cette voie. Si elle était compatible avec mon amour et mon respect pour les chevaux.

J'y ai trouvé une famille de passionnés, terriblement loin des idées préconçues.

Une famille de passionnés dont la vie est totalement dévouée au cheval et au sport.

Des gens en réflexion permanente sur les divers aspects de leur discipline.

Il est impressionnant de voir avec quelle simplicité ils se mettent à la portée de chaque cavalier. Avec quelle passion et conviction ils cherchent à répondre à la plus simple et la plus bête de mes questions. On ne sens jamais d'impatience, d'agacement, ou d'attitude de supériorité.

Pourtant les Bartels, la mère Tineke et la fille Imke, c'est l'expérience de 6 jeux olympiques dont 3 médailles d'argent, sans compter les jeux équestres mondiaux ( médaille d'or , médaille d'argent ) , 7 championnats d'Europe, 10 finales coupes du monde...et des élèves dans tous les coins du monde... c'est aussi Joep, le père, docteur en psychologie, créateur de la coupe du monde de dressage, père des reprises libres en musique...

Dans la fantastique bibliothèque équestre de l'académie qui regroupe des livres de toutes les langues et de toutes les époques, il y a quelques raretés sous vitrine, des livres anciens du 16ème ou 17ème siècle . Un de ces livres anciens comporte une préface ou il est écrit en vieux français que les cavaliers communs pensent qu'ils ont accumulé tant de savoir sur le cheval qu'il n'y aura plus jamais rien à découvrir ou à améliorer et que le vrai écuyer est effrayé par l'immensité de ce qu'il ne connait pas encore...

C'est un peu ça l'état d'esprit de ces hollandais. Ils connaissent parfaitement les écrits anciens, les techniques traditionnelles, ils en reconnaissent totalement le bien fondé, ils disent qu'il ne s'agit pas de réinventer des choses nouvelles à chaque génération, mais bien de suivre les progrès qui peuvent être réalisés dans chaque domaine.

Cette ouverture d'esprit les pousse à chercher dans divers domaines  .

 -  Les connaissances physiques sur le cheval : Connaissance très pointue de toutes les     études scientifiques réalisées, forums avec les spécialistes mondiaux de chaque domaine...

 - Les connaissances psychologiques sur le cheval : Très fort interêt pour tout le courant lié à l'équitation éthologique, échanges avec les gens du spectacle,( comme JF Pignon qui y est resté 10 jours l'automne dernier ), recherches sur le système d'apprentissage du cheval, parallèles avec des dresseurs d'autres espèces comme l'éléphant...

- Les connaissances physiques sur le cavalier : études biomécaniques, étude de la position et des tensions subies par le cheval, échanges avec les autres sports pour profiter de leur recherche...

 - Les connaissances psychologiques sur le cavalier : recherches en coaching mental incluant l'interférence de l'état psychologique du cavalier sur le cheval et celle de l'état psychologique du cheval sur son cavalier, échanges avec les autres sports pour vérifier ce qui pourrait être transposable à l'équitation...

Chez les Bartels on apprend à monter avec conscience. Conscience du bien être du cheval. Conscience de ce que l'on demande pour que ce soit clair pour le cheval. Conscience de la plus petite de ses actions pour ne pas avoir une action de main plus forte que nécéssaire, ou une action de jambes plus agressive qu"elle ne devrait. Conscience qu'il ne faut rien faire sans y avoir réfléchi, et que le plus possible, il ne faut rien faire...

" Still " est le mot que j'ai le plus entendu la semaine dernière.  "Sans mains si tu utilise tes jambes. Tranquille dans tes jambes, essaye avec la plus petite pression, attend d'être sûre que le cheval t'a comprise, répète gentiment, chaque action la plus petite soit elle doit être suivie d'une réaction de ton cheval, still, sans les mains, sans les mains, sans les mains, attend, ne fait rien, regarde comment le cheval réagit...

Les Bartels aiment leurs chevaux et demandent aux stagiaires d'aimer et de respecter les leurs, psychologiquement et physiquement. J'ai moins l'impression de contraindre mes chevaux maintenant qu'il y a quelques années. Pourtant je suis plus efficace et mes chevaux se déplacent mieux.Tout est question de dosage, d'intensité consciente, d'une conscience aiguisée du moment ou il faut céder.

Il y a des bons et des mauvais cavaliers dans chaque méthode, dans chaque école, dans chaque époque et dans chaque pays...

 

Article publié le 16/03/2011

Lydie.k