Edward Galeux et Emma Ratte : Divertissement

Parce que le dressage, ce n'est pas obligatoirement des gens sérieux et coincés...

Toute ressemblance avec des personnages ou une histoire existants ou ayant existés serait pure coincidence  ; )

Il s'agit ici d'une reprise pas de deux en musique, présentée lors du concours du Dicosa 2012.

Didier Ferrer dans le rôle de Edward le Galeux, Lydie.k dans le rôle de Matthias Alexander Ratte. Nous nous sommes concertés au préalable sur le thème, le choix de quelques musiques "parlantes" qui ont toute leur importance dans cette histoire contée, et le principe de narrer une sorte de fable inspirée de celles de Jean de la Fontaine parlant de ces 2 cavaliers et de l'histoire d'un illustre cheval. Aucune concertation sur les figures, aucune répétition n'a été possible avant le concours, les 2 cavaliers habitant dans des régions différentes. On se parle donc pendant la reprise pour décider de nos figures. J'avais monté la musique toute seule, Didier ne l'avait jamais entendue, et prévu ce long arrêt au début ainsi que la fin en décalé. Vous trouverez la fable ci dessous

Maitre Galeux sur son podium perché,

Tenait en son team un bon cheval.

Maitre Matthias Ratte, par l'odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

Hé ! Bonjour, monsieur le Galeux,

Que votre monture est jolie ! et qu'elle me semble bonne !

Sans mentir, si vous acceptez cette modeste somme,

Je deviendrai le phénix des hôtes de ce bois.

Au vu de ces billets le sponsor lâcha son cavalier.

La ratte ne se sentait plus de joie.

Elle se mit à monter tout l'été,

Mais se trouva fort dépourvue,

Quand la présentation des étalons fut venue.

Pas un seul mouvement

Qui ne passe sans grincement de dents.

Elle alla crier famine

Chez le Hollandais sa voisine,

La priant de lui donner

Quelques conseils pour mieux monter.

Je vous paierai, lui dit-elle,

Avant les J.O., foi d'animal,

Les hollandais ne sont pas prêteurs;

C'est là leur moindre défaut.

Que faisiez vous quand le Galeux pleurait ?

Dirent ils à cette emprunteuse.

Nuit et jour à tout venant

Jje me vantais, ne vous déplaise.

Vous vous vantiez ? J'en suis fort aise:

Et bien! à pied maintenant.

 

Epilogue : Et Emma Ratte se fit porter pâle pour les J.O.

 

Co écriture Jean de la Fontaine / Lydie.k / Didier Ferrer.