Cynthia cavalière non voyante RLM D Dicosa 2012

Vidéo au bas de l'article

 

Vous êtes nombreux à suivre et demander régulièrement des nouvelles de Cynthia et Didier, 2 cavaliers non voyants qui montent Rhode Island avec moi depuis un peu plus d'1 an.

Les débuts ont été très difficiles, Rhode est un grand (1m75) et fort cheval avec une locomotion assez inconfortable. Il demande une équitation très précise, car il faut être présent pour l'activité qui n'est pas son point fort, pour conserver son équilibre longitudinal et latéral, mais aussi pour le relâcher et que son dos puisse ainsi fonctionner...Cependant, le moindre déséquilibre dans les actions, poids du corps mal centré, mains dissymétriques, le fait changer de direction.

Ainsi, des mois de travail ont été nécessaires pour que les 2 cavaliers non voyants puissent être à peu près sur la piste une longueur complète. Le cheval passait son temps à les ramener au milieu et couper les coins de façon exagérée.

Au début de chaque détente, il se contractait tellement qu'il ne pouvait pas trotter et que la séance entière consistait à chercher à l'arrondir pour pouvoir trotter, puis parvenir à galoper à droite sans qu'il se désunisse ou change de pied constamment.

Il a fallu aussi apprendre à ce cheval qui aime sauter à ne jamais franchir les lices.

Didier et Cynthia montent en région Parisienne, et viennent monter Rhode un week end chacun par mois. Celà ralenti un peu la progression car l'équitation en club à Paris ne leur permet pas de prendre des points de repères techniques utiles à leur cheval. Par contre cela leur permet de travailler la notion de diamètre des cercles par exemple.

Problèmes d'équitation, problèmes de repérage dans l'espace, il a fallu aussi choisir un mode de guidage.

Pour les premiers concours, nous avons essayé un guidage à l'extérieur. C'est à dire que 3 personnes se trouvaient à l'extérieur de la carrière, et suivant les indications que je leur avait écrites sur un protocole, annonçaient les lettres derrières lesquelles ils étaient de manière à guider les cavaliers vers eux pour l'arrivée d'une diagonale ou la fin d'un cercle par exemple. J'étais dans la carrière et donnait les repères de diamètre de cercles et de ligne du milieu.

Ce système, bien que très efficace a vite montré ses limites. Tout d'abord il ne permettait pas de travailler en situation à chaque séance à la maison car j'étais généralement seule. Il impliquait également de solliciter des gens au bord des terrains de concours et de les brieffer rapidement. Nous l'avons fait 3 fois, et si nous avons trouvé des aides très facilement, il s'est avéré qu'il était très difficile pour ces aides de regarder la reprise et rester concentrés sur ce qu'ils avaient à dire. De plus, les jours de vent, la direction de la voix était déformée et les cavaliers étaient alors totalement désorientés.

Nous avons donc décidé depuis juin 2012 d'utiliser l'oreillette uniquement, ce qui rend le guidage plus délicat, car pour l'instant ils ne maitrisent pas bien les notions d'angles et de diamètre à cheval, mais présente l'avantage d'être léger au niveau logistique et nous rend indépendants.

Un des gros problèmes qu'il reste à régler est aussi la place des hanches et des épaules notamment dans tout le travail latéral, car le cheval peut tourner à angle droit, voir faire demi tour sans que les cavaliers se rendent compte qu'ils ont quitté l'axe. 

Je suis très fière de Cynthia, qui a remarquablement maitrisé son tracé sur cette reprise lors de son 2ème concours seulement.

Leur objectif est bien entendu d'intégrer l'équipe paraéquestre Française, mais pour celà le chemin est encore long.

13/08/2012